Accueil    Moto au quotidien    Sécurité routière 

 Sécurité routière

 Carte Avantage Moto

 Journée Nationale Moto et Scooter
Actions Voie Publique et Sécurité Routière

La Fédération Française de Motocyclisme n'est pas uniquement la Fédération du sport motocycliste. Comme cela se fait à la Fédération Internationale de Motocyclisme et à l'Union Européenne Motocycliste, la FFM souhaite être reconnue par les Pouvoirs Publics pour sa compétence dans tous les domaines concernés par la pratique des deux roues à moteur (circulation, sécurité routière, réglementation).

Au sein de la FFM, le Collège Transport et Sécurité Routière (CTSR) a pour ambition de représenter les usagers, tous les usagers de deux roues à moteur en France, auprès des Pouvoirs Publics. La FFM est au service des Motocyclistes et les représente au mieux de leurs intérêts.

 

Ainsi, M. Jean Pierre Moreau (Vice - Président FFM / Président du CTSR) siège :

- au Conseil National de Sécurité Routière (CNSR).

- à la Commission de Travail 2 Roues du CNSR.

 

Le CTSR participe à différents travaux ou initiatives dont :

« Circulation entre files », « Code de la rue », opération « motard d’un jour », Charte du 2 Roues Motorisé – ville de Paris, cahier des charges comparatif auto / moto ADEME – ville de Paris. Les opérations maintenant traditionnelles, ont continué à être développées comme « Ta ville, c’est pas un circuit ! », l’opération « Portes Ouvertes des Circuits » ou encore en l’association à la Journée Nationale de la Courtoisie au Volant.

 

Par ailleurs, le CTSR a remis des propositions à la  «Commission de travail 2 Roues » du Conseil National de la Sécurité Routière :

- Elargir la base de données relative aux accidents : lutter pour le respect des règles et de la vitesse est très bien mais cela ne donne pas les réelles causes des accidents et par conséquent les points sur lesquels agir en priorité pour limiter le nombre de victimes.

- Ne pas retarder inutilement l’accès au 2 Roues Motorisé notamment lorsque l’on sait que c’est le moyen le plus économique de déplacement et en particulier dans les zones rurales. Ce serait d’autant plus dommageable qu’à cette occasion un certain nombre de messages peuvent être « communiqués » plus facilement.

- Communiquer sur les principaux messages suivants : les effets des médicaments, de la drogue, de l’alcool, de la fatigue mais aussi du froid, de la chaleur, des conditions atmosphériques…

- Insister sur un cursus de formation et notamment un accès aux puissances supérieures par étapes tout en développant le concept d’éveil à l’anticipation des situations à «risque».

- Obtenir enfin une démarche volontariste dans le domaine des «obstacles latéraux» pour une «route qui pardonne». Cette démarche est d’autant plus importante que se développent de nombreuses «zones 30 km/h» multipliant les obstacles rigides.

Au niveau international, le Comité a participé aux travaux de la Commission Mobilité et Transports de la FIM notamment sur la formation, le nouveau permis européen, en poursuivant son lobbying à Bruxelles.